Get Adobe Flash player

Protection

 

 

 

Le rôle protecteur de la forêt contre les dangers naturels

 

Une partie de Forêts-Sarine est  classée en forêt de protection selon les critères définis par la Confédération (Office Fédéral de l’Environnement) et du Canton (Service des Forêts et de la Faune).

La surface ainsi classée « protectrice » est d’environ 860 ha soit 25 % du total des forêts publiques et privées, sises sur le territoire des communes-membres de Forêts-Sarine.

Comme leur nom l’indique, elles doivent remplir des critères de protection.

 

Ceux-ci sont de 4 sortes différentes :

 

  • - protection contre les avalanches
  • - protection contre les chutes de pierres
  • - protection contre les glissements de terrain
  • - protection contre les processus torrentiels.

 

 chute pierre DN

La forêt protège contre les chutes de pierres

 Hauta Chia B 12.7.2014 PR

La forêt protège des glissements de terrain

 

Classification en forêt protectrice

 

Une des conditions de classification en forêt protectrice est le fait qu’elle protège effectivement des ouvrages ou des infrastructures (routes, voies de chemin de fer, bâtiments, lignes électriques par ex.)

Au sein de Forêts-Sarine, la plupart des forêts classées comme protectrices le sont dans les terrains pentus comme : Les ravins de la ville de Fribourg, les côtes de la Petite Sarine, les flancs de la Combert et du Cousimbert, etc.

 avalanche molson

 La forêt protège les routes des avalanche ici la route menant au Moléson

 IMG 1009 4

La forêt protège les voies ferrées ici à Guin 

 

Caractéristiques d'une forêt protectrice efficace

  

L’hypothèse de départ est la suivante : « Si la forêt est bien gérée et entretenue, elle protège mieux contre les dangers naturels ». Concrètement, l’objectif est l’obtention de peuplements forestiers:

  • - stables : résistants au vent et à la neige lourde
  • - structurés (étagés) : composés d’arbres de différents âges et grandeurs
  • - rajeunis : surfaces et quantités de jeunes peuplements en suffisance
  • - mélangés : mélange de toutes les essences en station

 Rajeunis nat fp I

Il est important de rajeunir la forêt pour obtenir un peuplement structuré

 

Raj nat fp jeunes pi

Une forêt en phase de rajeunissement naturel mélangée épicéa hêtre

 

Les sols dans les forêts protectrices

  

De plus, la prévention des dégâts de crue passe par la protection des sols et contre le compactage et l’érosion superficielle. Il est donc important de maintenir un couvert forestier permanent et suffisant. Dans le même ordre d’idée, on évitera impérativement le compactage des sols qui réduit considérablement leur porosité et par là, leur capacité de rétention de l’eau. En renonçant à l’utilisation de véhicules au sein des peuplements, nous atteignons ce but. Les exploitations de bois sont dès lors réalisées principalement par le recours à des moyens de débardage aériens (câble-grue mobile).

 cblage bois burgerwald

Débardage de bois au moyen d'un câble-grue mobile dans une forêt du Burgerwald

 cablage vue arienne burgerwald

Ligne de cable dans une forêt du Syndicat des Flancs du Cousimbert

 

Traitements travaux effectués

 

La plupart des forêts à fonction protectrices sont traitées selon les critères « Naïs » (Nachaltigkeit Schutzwaldbewirtschaftung) qu’on peut traduire par « Gestion durable des forêts de protection ».

En substance, ces critères signifient qu’elles doivent atteindre leur objectif de protection avec un minimum de charges financières et d’interventions humaines.

Les sept principes des soins aux forêts de protection sont :

  • Axés sur l’objectif de protection
  • Au bon endroit
  • Au bon moment
  • Basés sur des processus naturels
  • Liés à un objet concret et basé sur une démarche transparente, clairement expliquée et contrôlable
  • Efficaces
  • Objectifs atteignables à des coûts raisonnables

 fort protectrice rajeunie 

                         Forêt protectrice rajeunie massif du Cousimbert