Soins à la jeune forêt

A la suite d’événements climatiques (tempête – notamment Lothar en 1999, sécheresse), à d’autres événements et aux différents problèmes phytosanitaires (dont le bostryche typographe qui s’attaque aux épicéas), ce sont un peu plus de 30 % des forêts (soit une surface de plus de 800 hectares) qui sont actuellement en régénération. Idéalement, la proportion idéale de jeune forêt ne devrait pas excéder les 24 % de la surface totale.

La forêt se régénère selon un cycle catégorisé en trois stades:

  • le rajeunissement: Les plantules et brins d’espèces arborescentes sont en concurrence avec les herbes, les ronces et les buissons. Cette étape commence à la germination de la graine et se termine à une hauteur d’environ 1.5 m.
  • le fourré: les couronnes se touchent et les branches inférieures commencent à sécher. La concurrence entre les tiges marque le début de l’étagement. Cette étape se termine lorsque le diamètre à hauteur de poitrine des troncs atteint 10 cm.
  • le bas perchis: les branches les plus basses sont sèches, les branches vertes commencent à hauteur de tête. Cette étape se termine lorsque le diamètre à hauteur de poitrine atteint 20 cm.

Chacune de ces étapes nécessitent des travaux et soins particuliers, effectués par les forestiers-bûcherons:

  • La création de peuplements: la création d’un peuplement peut se faire par rajeunissement naturel ou artificiel. Le rajeunissement naturel des peuplements s’obtient par la germination de graines provenant des futaies voisines. Lors de rajeunissements artificiels, les essences souhaitées, provenant de pépinières forestières, sont plantées. Forêts-Sarine travaille principalement avec du rajeunissement naturel.
  • Le fauchage: de la plantule à l’arbuste de 1.5 m de hauteur, les herbes peuvent constituer une entrave au bon développement des jeunes pousses. Un fauchage annuel est nécessaire durant une période de 4 à 6 ans selon la croissance des jeunes arbres.
  • Les soins aux fourrés: dans le fourré, le forestier-bûcheron commence à sélectionner les tiges d’avenir et à enlever certains arbres de mauvaise qualité.
  • Les soins aux perchis: dans le perchis, le forestier-bûcheron choisit les arbres destinés à rester jusqu’au stade adulte, lesquels sont sélectionnés par rapport à des critères comme la vitalité ou la rectitude du tronc. A chaque intervention, le forestier-bûcheron enlève un ou plusieurs arbres pour favoriser la croissance des « élus ». Ces travaux peuvent produire du bois selon le diamètre de l’arbre. Le travail se réalise au moyen d’une tronçonneuse ou de manière mécanisée avec un processeur.